Recherches sur l’enseignement-apprentissage des langues médiatisé par le jeu vidéo : enjeux et perspectives

Dans le cadre du séminaire 3MA du 16 octobre 2020, nous avons eu le plaisir de recevoir Laurence Schmoll (Université de Strasbourg). 

Dans sa communication, Laurence Schmoll s’est attachée à spécifier le domaine de recherche de l’Apprentissage des Langues Médiatisé par les Technologies (AMLT), en mettant l’accent, parmi les technologies existantes, sur le jeu vidéo et son appropriation par la recherche en didactique des langues et des cultures.

 

« Synchrone ou asynchrone ? Analyse d’un double dispositif de télécollaboration interuniversitaire entre classes de langue »

Soyoung Yun-Roger (Université de Paris – laboratoire CCJ) a présenté son travail de recherche sur les temporalités dans les échanges en ligne et a rendu compte de son expérience d’un double dispositif de télécollaboration asynchrone et synchrone entre mes étudiants français de coréen à l’Université de Paris et des étudiants coréens de français de deux universités séoulites différentes. L’étude des deux télécollaborations a permis de mieux comprendre les difficultés qui ressortent des témoignages des apprenants les ayant simultanément expérimentées. Parmi les notions abordées, Soyoung Yun-Roger a évoqué les questions liées ayx équilibres/déséquilibres de réciprocité, des accords/désaccords de temporalités, de l’anxiété, de l’ancrage dans le cours-hôte.

 

Analyses complexes dans une classe d’anglais langue étrangère à l’école primaire : zoom sur les acquisitions phonologiques

Heather Hilton (CRTT, Lyon 2)

Cette communication présentera des données du projet Seine&Marne primaire, mené après de 54 élèves français, pendant leur première année d’apprentissage de l’anglais (langue étrangère) : 25 élèves de CP, et 29 élèves de CE2. Le projet a pris plusieurs mesures des connaissances et compétences émergentes en anglais au fil des mois, ainsi que de quelques variables « internes » (Paradis 2011) pouvant contribuer aux parcours individuels observés (motivation pour l’anglais, sociabilité, capacités attentionnelles, capacités métalinguistiques). Un échantillon de leçons d’anglais a également été filmé dans chaque classe, afin de permettre une appréciation de quelques variables « externes » : les méthodes d’enseignement, la productivité des élèves et des enseignantes, etc.. Nous nous focaliserons sur les acquisitions phonologiques, qui ont été transcrites et analysées avec le logiciel PHON (Hedlund & Rose 2019). Nous espérons avoir le temps pour résumer rapidement les variables externes et internes qui semblent contribuer aux différences significatives observées entre les deux groupes, et entre élèves.

Les interactions en classe d’anglais : quelle authenticité ?

Pascale Manoïlov , actuellement maitresse de conférence à l’université Paris Nanterre, est venue présenter sa recherche au séminaire 3MA.

Ma recherche est la croisée de l’Analyse des Interactions et de la Didactique des langues-cultures, avec pour terrain privilégié la classe d’anglais (milieu institutionnel exolingue) où je collecte des données empiriques auprès d’apprenants francophones. Les échanges en LVE qui se construisent entre apprenants maitrisant une langue commune (le français) présentent certaines spécificités liées au contexte de la classe, à leur statut et à leur niveau de maitrise de la langue ainsi qu’à leur compétence d’interaction orale. Contrairement aux échanges entre enseignant et apprenants qui se déroulent le plus souvent sur un mode question/réponse, les interactions entre pairs revêtent un caractère plus orienté vers le mode conversationnel. Cette présentation sera l’occasion d’interroger la dimension authentique de ces échanges. On parlera alors d’authenticité interactionnelle, c’est-à-dire de capacité des locuteurs à prendre en compte à la fois leur interlocuteur et la situation dans laquelle ils communiquent, et non d’authenticité de la langue par rapport à une norme de natif, ou d’authenticité situationnelle.

Soutenance de thèse de Julie Vidal

Julie Vidal montre une partie de son corpus de thèse

Le vendredi 30 novembre 2018 a eu lieu la soutenance de thèse de doctorat de Julie Vidal intitulée Etude des rétroactions correctives dans un dispositif d’enseignement/apprentissage du français langue étrangère – une approche multimodale de l’oral en ligne.

            Julie a tout d’abord présenté ses travaux de recherche qui portent sur l’analyse des rétroactions correctives multimodales produites par des apprentis-enseignants lors d’échanges médiatisés par ordinateur et réalisés dans le cadre du projet ISMAEL[1].Sa présentation claire et illustrée d’extraits de son corpus et du site compagnon de sa thèse a permis à l’assemblée de saisir précisément les enjeux de son travail liés à la correction rétroactive et à la multimodalité des interactions entre apprenants et enseignant.

            Nicolas Guichon a ensuite dressé un portrait de Julie au travers de ses nombreuses qualités humaines et des compétences multiples qu’elle a su développer pour mener à bien son étude doctorale.

            Puis,s’est déroulée une riche conversation entre Julie et les quatre rapporteurs (Françoise Blin, Corinne Weber, Christine Develotte et François Mangenot) qui ont souligné la grande qualité de son travail. Chacun leur tour, ils ont salué l’originalité de sa méthodologie, la rigueur et la finesse de ses analyses et les efforts fournis par Julie pour proposer aux lecteurs une visualisation claire et précise des résultats de sa recherche, notamment au moyen des liens récurrents vers son site compagnon. Enfin, ils ont mis en avant les grandes qualités de chercheur développées par Julie au cours de sa formation doctorale,lesquelles s’associent parfaitement avec son professionnalisme en tant qu’enseignante de FLE.

            Finalement, après lui avoir délivré le titre de Docteur en Sciences du langage, ils ont souhaité à Julie un bel avenir dans la recherche qui sera, sans nul doute, riche en découvertes étant données les nombreuses pistes de réflexion que son travail doctoral a su dévoiler.


[1] Pour plus d’informations sur ce projet, cf. http://icar.cnrs.fr/projets/ismael/

Congrès RANACLES – 22-24 novembre 2018 à l’université de Strasbourg

Evaluation(s) et autonomisation – un compte rendu par Aurélie Bordais, doctorante au laboratoire ICAR

Intervenants au colloque RANACLES : Jérôme Eneau, Emmmanuelle Huver, Sophie Bailly, Nicole Poteaux

Evaluation(s) et autonomisation sont au cœur du processus d’apprentissage, mais lorsque ces deux notions sont mises en relation, un réseau de tensions se fait jour. D’un point de vue didactique, il est reconnu que l’évaluation joue un rôle essentiel dans le processus d’apprentissage, mais dans la pratique, les enseignants se rendent compte qu’elle entrave ce processus. Si les enseignants ont conscience de la diversité des types d’évaluation possibles, l’évaluation reste, dans les représentations des étudiants, nécessairement sommative et l’objectif de l’étudiant n’est plus de développer des compétences langagières mais de réussir aux examens.

Les dispositifs présentés lors de ce congrès font le lien entre théorie et enseignement et montrent que l’évaluation peut jouer un rôle dans l’autonomisation de l’apprenant. Le rôle des autres apprenants, par exemple à travers la co-évaluation (peer review) est essentiel pour le développement de la réflexivité des apprenants, de même que la nécessité pour l’apprenant d’être accompagné de manière individualisée dans son parcours d’apprentissage. L’implication de l’apprenant à toutes les étapes du processus, du choix des objectifs à celui des critères d’évaluation, sa responsabilisation ont également été présentés comme des facteurs autonomisants.

Le dispositifinversé mis en place pour ce congrès a donné lieu à un foisonnement d’idées dansune atmosphère chaleureuse et conviviale.

Le prochain congrès RANACLES auralieu en novembre 2019 à Aix-en-Provence.

Séminaire 3MA : vendredi 14 décembre 2018 – 10h

Marco Cappellini (Université Aix-Marseille – Laboratoire LPL)

Les mots et les télécollaborations

Marco Cappellini est maître de conférences en didactique des langues et cultures à l’université Aix-Marseille et membre du Laboratoire Parole et langage (UMR 7309). Ses champs de recherche principaux sont l’utilisation de la communication médiatisée par ordinateur (CMO) pour l’enseignement-apprentissage des langues étrangères, la communication exolingue, l’apprentissage des langues en tandem, l’autonomie de l’apprenant.

Cette conférence s’insère dans le champ de l’apprentissage des langues médiatisé par les technologies et plus spécifiquement dans les études sur la télécollaboration avec des dispositifs de vidéoconférence poste-à-poste (par exemple, Skype). J’aborderai différents cadres théoriques existants pour enquêter sur les dimensions linguistiques, (inter/socio)culturelles et multimodales de ces dispositifs, en essayant d’en dégager les perspectives épistémologiques dans lesquelles ils s’inscrivent et de les mettre en tension. A partir de là, je spécifierai mon positionnement épistémologique comme constructiviste, complexe, transdisciplinaire et compréhensif et discuterai des actualisations possibles de ce positionnement dans des cadres méthodologiques pour le recueil et l’analyse des données.

La production de récits transmédia dans l’éducation en langues étrangères


Maria del Carmen de la Torre Aranda est enseignante-chercheuse à l’Université de Brasília dans les formations Licence en Lettres-Français et Master en Linguistique Appliquée. Ses recherches portent sur la formation d’enseignants de langues, l’intégration du numérique à l’enseignement et l’apprentissage des langues, et les interactions en ligne.

L’objet de la recherche en linguistique appliquée à l’enseignement et à l’apprentissage de langues au Brésil est fortement associé à des questions qui interrogent la classe de langue comme un lieu de discours et de pratiques situées du langage où peut intervenir une éducation linguistique permettant à nos étudiant.e.s d’interpréter le monde et d’interagir de façon critique dans la langue cible en dehors du contexte éducatif. Dans cette perspective, cet exposé présentera un projet de recherche post doctoral en cours ayant pour objectif d’exploiter les possibilités d’une pratique d’enseignement et d’apprentissage du français langue étrangère axée sur la production de récits transmédiatiques (Jenkins, 2008) dans l’éducation supérieure. Après avoir abordé une conception du transmédia pour le contexte de l’éducation en langues, j’exposerai les lignes générales d’un dessin de cours dont l’intérêt est d’inviter les étudiant.e.s à s’investir dans la production de différents genres de discours en la langue cible, et par là réfléchir aux différents processus de production textuelle qui mélangent l’oral, l’écrit et le  multimodal, aux significations créées, et aux contraintes de langage apportés par les ressources numériques qui véhiculent les genres. La place de l’interaction et du cinéma pour approcher d’autres locuteurs et cultures francophones fera aussi partie du débat.

Autonomie et apprentissage des langues étrangères : perspective historique ou programmatique pour comprendre l’ALMT ?

Séminaire du 21 septembre 2018

Maud Ciekanski est enseignante-chercheure à l’Université de Lorraine, au sein du laboratoire ATILF. Après avoir effectué sa thèse au CRAPEL, elle a collaboré notamment au  projet FORSE à Lyon 2, à l’ANR MULCE à l’Université de Franche-Comté et aux travaux de l’équipe de recherche EXPERICE à l’Université Paris 8. Ses recherches concernent en particulier l’apprentissage des langues en situations informelles, appuyées ou non par le numérique, et les médiations formatives et langagières propres à ces situations.

La construction des savoirs d’ingénierie  didactique des enseignants novices en FLE, appropriation et résistance entre formation et terrain

séminaire du 15 juin 2018

Véronique LAURENS est enseignante chercheure en didactique du français comme langue étrangère (FLE) à l’université de La Sorbonne Nouvelle – Paris 3 depuis septembre 2014 et membre du DILTEC (EA2288). Véronique Laurens travaille dans le domaine du FLE depuis 1990. Elle a exercé comme enseignante, comme coordinatrice pédagogique et comme formatrice d’enseignants dans différentes structures d’éducation dans la région de Londres et à Paris (lycée, universités, école de langues privée, secteur associatif) et auprès de différents publics d’apprenants et d’enseignants. Elle est particulièrement investie dans les questions relatives à la formation des enseignants/intervenants en FLE, à la construction des savoirs professionnels ainsi qu’à l’accompagnement aux changements des pratiques. Elle a conçu et animé de nombreux modules de formation dans différentes structures (Cimade, CLP, Radya, CIEP, cursus de masters à l’université) portant sur la méthodologie de l’enseignement et l’ingénierie didactique en FLE auprès de publics divers dans des contextes variés. Depuis 2012, elle publie divers travaux de recherche sur ces questions. En décembre 2013, elle a soutenu une thèse en didactique des langues et des cultures intitulée Formation à la méthodologie de l’enseignement et développement de l’agir enseignant, proposant une étude de la circulation des savoirs d’ingénierie, de la formation à la pratique, chez des enseignants novices. Elle est co-auteure de l’ouvrage pédagogique dédié à l’oral en FLE, Paroles en situations (Hachette, 2015). Par ailleurs, elle est membre du réseau RADyA (Réseau des acteurs de la dynamique des ateliers socio-linguistiques) dont elle soutient activement la réflexion et les actions. Depuis juin 2015, elle est présidente de l’ASDIFLE (Association de didactique du FLE).

Contact : veronique.laurens5@orange.fr

 

Colloque EUROCALL 2018

Nicolas Guichon représentait l’équipe 3MA au colloque EUROCALL de 
Jyväskylä (Finlande). Sa conférence s’intulait International students’ geographies of learning during their study abroad.

This study focuses on international students’ usage of digital tools in order to understand what role such tools play in students’ transition to their new academic environments, in this case French post-secondary education, and what learning opportunities they provide. Transition relates to the period of adjustment following international students’ departure from their home countries and their installation abroad and involves different aspects: linguistic and cultural (how students use digital tools to develop their language skills and further their knowledge of French culture), academic (whether and in what ways they modify their digital use to match academic expectations at the university) and social (e.g., how students develop – or not – a new network of acquaintances with local and other international students). Digital devices are not only vehicles that accompany international students’ transitions but can also reveal the adjustments they face when they arrive in a new academic and social context. Among these mobile devices, smartphones hold a special place since the numerous applications that are now available have transformed “the once dedicated mobile phones into powerful, mobile personal computers”. (Chan, Walker & Gleaves, 2015, p. 96). Besides, smartphones can be used to document events as they occur, which makes them powerful tools “for capturing immediacy, mass events, or unexpected scenes of everyday life” (Godwin-Jones, 2016, p. 9).The current study provided a group of international students (n=16) with an app installed on their smartphone with which they could track what they identified as learning opportunities by taking pictures and writing texts over a five-week period. The data are thus comprised of their resulting publications which participants shared with the researchers as well as an end-of-project debriefing conducted to shed further light on the international students’ digital habits and their attitudes towards self-tracking. The aim of this exploratory study is twofold: (1) to examine what international students identify as digital learning opportunities outside the classroom and (2) to determine the potential of a digital and mobile self-tracking application as a means to better understand international students’ transitions to their new environment.

Colloque SLPC 7 VICTORIA

Guichon & Hamel à la conférence SLPC7 à l’université de Victoria
Marie-Josée Hamel et Nicolas Guichon ont donné une conférence plénière à deux voix intitulée  Portrait de l’apprenant de langue en acteur social et connecté

Les possibilités offertes par le web participatif et les outils numériques nomades ont considérablement élargi les opportunités d’apprentissage en langue seconde. D’une part, de nouveaux genres d’activités présentent un potentiel pour les apprenants de langue en les amenant à se positionner comme des acteurs sociaux sur la Toile (Mangenot, 2013; Ollivier, 2007). D’autre part, de multiples occasions se présentent pour continuer les apprentissages en dehors des contextes institutionnels grâce aux outils numériques qui accompagnent les apprenants à tout moment de leur journée. En se fondant sur des données empiriques, la conférence examinera ces opportunités en contexte formel et informel. Il s’agira également de déterminer comment le web social et les outils numériques nomades requièrent que se développe une conscience sémiotique critique (Kern, 2015) chez les apprenants. Nous tenterons enfin de dessiner une typologie des littératies à une époque où les opportunités d’apprentissage se multiplient en s’enracinant dans la vie sociale des apprenants.

Colloque EPAL 2018

Guichon@EPAL2018

Le vendredi 8 juin 2018, Nicolas Guichon a fait une présentation intitulée  Etudiants migrants, outils nomades, identités en mouvement. Cette présentation s’inscrit dans le cadre du projet TRANSNUMED financé par le labex ASLAN.

Inscrite dans la lignée des recherches qualitatives sur les études à l’étranger (Murphy-Lejeune, 2001 ; Kinginger, 2013 ; Calinon et Mariani-Rousset, 2014), cette recherche vise à déterminer comment les outils numériques participent au travail d’identité à l’œuvre lors de cette période d’ajustement (Block, 2007) et sur quels aspects linguistiques et culturels les étudiants choisissent de porter leur attention ou même d’intégrer à leur répertoire de communication numérique. Examiner les usages des outils numériques entraîne de dévoiler quelles expériences sont vécues avec ces outils à travers différents contextes par des individus liés par une même communauté de pratiques (les études à l’étranger) mais rendus singuliers par leur parcours, leur âge, leur genre et leur origine ethnique et socioéconomique. Une étude ethnographique sur une période de 6 mois a été menée auprès de cinq étudiants de nationalités différentes (une Brésilienne, une Chinoise, une Chilienne, un Tunisien et un Salvadorien) inscrits dans un programme de Master dans une université française de SHS. Il s’est agi de les impliquer progressivement dans une recherche participative (Gudmundsdottir et Vasbø, 2014) afin d’élucider avec eux leurs usages numériques par le biais d’ateliers, d’auto-observations, de récits et d’entretiens d’explicitation. Ce travail d’élucidation s’est établi par le biais d’un dialogue répété avec les chercheurs : il s’est ancré sur des observations des usages numériques des participants et d’une variété de resémiotisations (Iedema, 2001) qui ont pris différentes formes (narrations, dessins et portraits numériques) et ont ponctué le recueil. Le corpus obtenu permet ainsi de questionner certains rituels d’inscription (Jones, 2015) et de communication et de comprendre les idéologies vis-à-vis des outils numériques (Coleman, 2010). La présentation fournira particulièrement l’occasion de montrer qu’une attention portée aux discours produits par les étudiants internationaux et à leurs inscriptions numériques est déterminante pour comprendre comment l’identité se négocie dans différents contextes.