Séminaire 3MA : vendredi 15 mars 2019 – 9h30

Nous recevons ce vendredi à l’ENS SHS Lyon, Virginie Privas-Préauté.

Virgine Privas-Bréauté

Les pratiques immersives en soutien à l’apprentissage/ enseignement des langues dans un paradigme enactif

Le paradigme de l’enaction de Francisco Varela (1993 ; 1996) indique que la cognition nait de l’évolution d’un individu dans un environnement donné. L’émergence du sens ne se fait donc que par la coopération du corps, des émotions et de l’esprit. Appliquée au champ de la didactique des langues, l’enaction et les théories des savoirs incorporés qui en découlent s’intéressent au développement cognitif de l’apprenant en langues vivantes étrangères. Si le théâtre et le jeu théâtral ont d’abord été considérés comme des dispositifs pédagogiques s’inscrivant parfaitement dans le paradigme enactif (Aden 2012 ; 2017) puisqu’ils sollicitent le corps et les émotions dans l’apprentissage du langage, nous considérons également que les environnements virtuels immersifs (EVI), précisément par la création d’un avatar qui est propre au joueur et qui le renvoie à son humanité dans son corps et ses émotions, peut s’inscrire dans le même paradigme. Dans cette présentation, nous reviendrons tout d’abord sur notre parcours scientifique et les questions de recherche qui nous ont amenée à nous intéresser aux pratiques immersives, avant de revenir sur notre cadrage théorique et l’articuler aux expérimentations menées auprès d’étudiants de diverses universités françaises. 

Virginie Privas-Bréauté est Maître de conférences en didactique des langues et des cultures à l’Université de Lorraine et membre du laboratoire de recherche ATILF (UMR 7118, CNRS/UL). Ses recherches portent sur la valeur didactique du théâtre et du jeu théâtral dans l’acquisition/apprentissage et consolidation des compétences en langue et culture anglophone et l’ont amenée à enrichir les dispositifs de formation et à utiliser les jeux sérieux et TICE, dont les mondes virtuels, en classe de langue. Elle prend appui sur la théorie de la cognition incarnée et le paradigme de l’enaction mis en lumière par les neurosciences afin de démontrer que les pratiques immersives permettent le développement de l’apprenant en langue vivante étrangère sur le plan cognitif.

CR séminaire du 18 septembre

Le séminaire commence, rituellement, par un tour de table qui permet de présenter un nouveau membre, Sophie Dufour qui arrive de Montpellier. Elle a travaillé avec N. Auger et C. Parpette et s’intéresse, actuellement, à l’exploitation du milieu homoglotte et du rôle des « native speakers » dans l’apprentissage des séjours des étudiants internationaux.

Maud Ciekanski nous présente une communication intitulée Autonomie et apprentissage des LE : perspective historique ou programmatique pour comprendre l’ALMT ?

Elle se propose, à partir d’un texte séminal et manifeste de Holec, de réfléchir à la façon dont ce texte et le concept d’autonomie qu’il fonde peut permettre de réfléchir à notre contexte ALMT et aux médiations pour l’autonomie et pour l’ALMT.

Maud Ciekanski reprend son parcours autour de l’objet « autonomie », un objet qui l’a choisi, toute obsession ayant des racines autobiographiques, selon Habermas.

Revenant sur la notion d’autonomie qui selon Albero, implique une créativité dans l’interactions entre ressources, contenu et apprenant, elle la définit comme l’association d’un pouvoir apprendre à un savoir apprendre. 

Elle retrace ensuite la médiation que constitue l’espace du Centre de Ressources en langues qui met l’apprenant au centre d’un «  environnement interactif complexe », lui donne des éléments de comparaison et de mesure dont il a besoin pour prendre en charge son apprentissage en lui permettant d’apprendre, d’évaluer son apprentissage et ses stratégies. Le centre de  ressources doit permettre de donner du sens en s’appropriant de nouveaux espaces, de nouveaux modes d’être apprenant, et rapports aux savoirs.

A l’heure des réseaux, la question du centre est-elle encore pertinente ? En effet, le web parait opposer à la dynamique centrifuge de sélection, filtrage et gradation du centre de ressources, à une dynamique centripète sans  filtrage et organisation mais en immersion face à des ressources « brutes ». Selon Ciekanski, il ya de nouvelles autodidacties, mais pas autonomie, de nouveaux outils et contenus mais pas de nouveaux usages apprenants, sauf peut-être dans les communautés.  La fin des dispositifs semble impliquer un appauvrissement dans la façon d’apprendre car il y a absence d’articulation (accumulation vs structuration des modalités d’apprentissage).

Ciekanski plaide pour l’intérêt de rajouter de l’autonomie d’apprentissage dans l’autonomie langagière. L’expérience vécue doit être perçue pour être conçue, pour que l’apprenant puisse en faire quelque chose.

La  discussion autour de la présentation de Maud et d’extraits du texte de Holec Autonomie et apprentissage des langues étrangères (1979) s’oriente sur

  • le pilotage flou (Candas) et la façon dont l’entretien de conseil permet de remettre en place des pièces du puzzle, sur le rôle de l’institution pour faire en sorte que ces ilots résistent ; il faut des espaces pour rendre visible (cf. la plateforme EDOlang, Nicole Poteaux).
  • les aspects de « déconditionnement » proposé par Holec, une remise en question de la forme scolaire que propose les dispositifs d’autonomisation mais qui n’est pas évident pour ttes les personnes et pour l’institution.
  • sur la socialisation importante dans l’autonomisation qui implique de varier les cadrages participatifs – articulation des logiques communicatives des réseaux sociaux et des réseaux d’échanges de savoir.

Dans une seconde partie du séminaire, Aurélie Bourdais propose un état de sa réflexion méthodologique de son travail doctoral sur les traducteurs en ligne comme aide à l’apprentissage. Elle soumet à discussion son protocole d’observation et de recueil de données, notamment en se demandant ce qui est observable dans le processus d’apprentissage.

Soutenance de Ben Holt

Nous avons eu le plaisir d’assister à la soutenance de thèse de l’un des membres de notre groupe. Le 12 octobre 2018, Ben Holt a soutenu sa thèse intitulée Séquence d’explication lexicale dans l’enseignement du français par Visio-conférence : une approche multimodale, devant un jury composé d’Annick Rivens Monpean (rapporteure), Heather Hilton (présidente), Thierry Soubrié, Marion Tellier (co-directrice), Nicolas Guichon (co-directeur) et Lucille Cadet (rapporteure, présente par visio).

Il a pu y montrer son étude des  moyens multimodaux par lesquels les étudiants se focalisent sur les formes, les sens et l’usage d’un mot ou expression et les moyens multimodaux pour s’impliquer dans la négociation de sens. Il y défend une approche multimodale et l’idée que connaitre un item lexical, c’est connaitre ses formes, ses sens et ses usages (Nation, 2013). Il a pu y défendre à cette occasion les concepts de pléonsame multimodal dans la gestion de la multimodalité en visio-conférence et celui de flexibilité mutlimodale. Selon lui, comme  une action pédagogique doit être planifiée, il est possible d’apprendre en formation leur planification de leur gestion de la multimodalité sans exclure l’événement.

Il s’agit également, dans la formation des futurs enseignants en ligne, d’apprendre à didactiser leur usage de la multimodalité et d’inventer une orchestration multimodale.

La discussion a été le moment de revenir sur différentes questions liées à la spécificité de la situation didactique en visioconférence et à la différence entre multicanalité et multimodalité, aux limites à l’interprétation des données d’un point de vue didactique des gestes enseignants (cette gestuelle est laissée à l’improvisation ? Les posture sont -elles signifiantes, conscientes ? Pourquoi faudrait-il être multimodal ?).

Ben Holt est donc docteur et nous l’en félicitons chaleureusement !