Soutenance de thèse de Julie Vidal

Julie Vidal montre une partie de son corpus de thèse

Le vendredi 30 novembre 2018 a eu lieu la soutenance de thèse de doctorat de Julie Vidal intitulée Etude des rétroactions correctives dans un dispositif d’enseignement/apprentissage du français langue étrangère – une approche multimodale de l’oral en ligne.

            Julie a tout d’abord présenté ses travaux de recherche qui portent sur l’analyse des rétroactions correctives multimodales produites par des apprentis-enseignants lors d’échanges médiatisés par ordinateur et réalisés dans le cadre du projet ISMAEL[1].Sa présentation claire et illustrée d’extraits de son corpus et du site compagnon de sa thèse a permis à l’assemblée de saisir précisément les enjeux de son travail liés à la correction rétroactive et à la multimodalité des interactions entre apprenants et enseignant.

            Nicolas Guichon a ensuite dressé un portrait de Julie au travers de ses nombreuses qualités humaines et des compétences multiples qu’elle a su développer pour mener à bien son étude doctorale.

            Puis,s’est déroulée une riche conversation entre Julie et les quatre rapporteurs (Françoise Blin, Corinne Weber, Christine Develotte et François Mangenot) qui ont souligné la grande qualité de son travail. Chacun leur tour, ils ont salué l’originalité de sa méthodologie, la rigueur et la finesse de ses analyses et les efforts fournis par Julie pour proposer aux lecteurs une visualisation claire et précise des résultats de sa recherche, notamment au moyen des liens récurrents vers son site compagnon. Enfin, ils ont mis en avant les grandes qualités de chercheur développées par Julie au cours de sa formation doctorale,lesquelles s’associent parfaitement avec son professionnalisme en tant qu’enseignante de FLE.

            Finalement, après lui avoir délivré le titre de Docteur en Sciences du langage, ils ont souhaité à Julie un bel avenir dans la recherche qui sera, sans nul doute, riche en découvertes étant données les nombreuses pistes de réflexion que son travail doctoral a su dévoiler.


[1] Pour plus d’informations sur ce projet, cf. http://icar.cnrs.fr/projets/ismael/

Congrès RANACLES – 22-24 novembre 2018 à l’université de Strasbourg

Evaluation(s) et autonomisation – un compte rendu par Aurélie Bordais, doctorante au laboratoire ICAR

Intervenants au colloque RANACLES : Jérôme Eneau, Emmmanuelle Huver, Sophie Bailly, Nicole Poteaux

Evaluation(s) et autonomisation sont au cœur du processus d’apprentissage, mais lorsque ces deux notions sont mises en relation, un réseau de tensions se fait jour. D’un point de vue didactique, il est reconnu que l’évaluation joue un rôle essentiel dans le processus d’apprentissage, mais dans la pratique, les enseignants se rendent compte qu’elle entrave ce processus. Si les enseignants ont conscience de la diversité des types d’évaluation possibles, l’évaluation reste, dans les représentations des étudiants, nécessairement sommative et l’objectif de l’étudiant n’est plus de développer des compétences langagières mais de réussir aux examens.

Les dispositifs présentés lors de ce congrès font le lien entre théorie et enseignement et montrent que l’évaluation peut jouer un rôle dans l’autonomisation de l’apprenant. Le rôle des autres apprenants, par exemple à travers la co-évaluation (peer review) est essentiel pour le développement de la réflexivité des apprenants, de même que la nécessité pour l’apprenant d’être accompagné de manière individualisée dans son parcours d’apprentissage. L’implication de l’apprenant à toutes les étapes du processus, du choix des objectifs à celui des critères d’évaluation, sa responsabilisation ont également été présentés comme des facteurs autonomisants.

Le dispositifinversé mis en place pour ce congrès a donné lieu à un foisonnement d’idées dansune atmosphère chaleureuse et conviviale.

Le prochain congrès RANACLES auralieu en novembre 2019 à Aix-en-Provence.

Soutenance de Ben Holt

Nous avons eu le plaisir d’assister à la soutenance de thèse de l’un des membres de notre groupe. Le 12 octobre 2018, Ben Holt a soutenu sa thèse intitulée Séquence d’explication lexicale dans l’enseignement du français par Visio-conférence : une approche multimodale, devant un jury composé d’Annick Rivens Monpean (rapporteure), Heather Hilton (présidente), Thierry Soubrié, Marion Tellier (co-directrice), Nicolas Guichon (co-directeur) et Lucille Cadet (rapporteure, présente par visio).

Il a pu y montrer son étude des  moyens multimodaux par lesquels les étudiants se focalisent sur les formes, les sens et l’usage d’un mot ou expression et les moyens multimodaux pour s’impliquer dans la négociation de sens. Il y défend une approche multimodale et l’idée que connaitre un item lexical, c’est connaitre ses formes, ses sens et ses usages (Nation, 2013). Il a pu y défendre à cette occasion les concepts de pléonsame multimodal dans la gestion de la multimodalité en visio-conférence et celui de flexibilité mutlimodale. Selon lui, comme  une action pédagogique doit être planifiée, il est possible d’apprendre en formation leur planification de leur gestion de la multimodalité sans exclure l’événement.

Il s’agit également, dans la formation des futurs enseignants en ligne, d’apprendre à didactiser leur usage de la multimodalité et d’inventer une orchestration multimodale.

La discussion a été le moment de revenir sur différentes questions liées à la spécificité de la situation didactique en visioconférence et à la différence entre multicanalité et multimodalité, aux limites à l’interprétation des données d’un point de vue didactique des gestes enseignants (cette gestuelle est laissée à l’improvisation ? Les posture sont -elles signifiantes, conscientes ? Pourquoi faudrait-il être multimodal ?).

Ben Holt est donc docteur et nous l’en félicitons chaleureusement !

Colloque EPAL 2018. Dresser une cartographie d’événements informels et non-formels d’apprentissage d’étudiants internationaux en séjour d’étude : le sens du lieu et le rôle du numérique.

Le projet TRANSNUMED, financé par le Label ASLAN, que Jean-François Grassin a présenté au colloque EPAL, se donne pour but d’enrichir notre compréhension de l’apprentissage informel et non-formel de la langue des étudiants internationaux en séjour d’études, en explorant le rôle de la mobilité spatiale et celui des objets connectés dans l’intégration sociale et dans les apprentissages langagiers et culturels. l’espace ne nous parait pas encore avoir été suffisamment intégré aux études sur l’apprentissage des langues, pour répondre aux interrogations sur la (dis)continuité et la variété des pratiques d’apprentissage et de leurs représentations individuelles lors de séjour d’étude en France des étudiants internationaux. Jean-François Grassin a proposé des cartographies individuelles et subjectives d’événements d’apprentissage afin de mettre en évidence la perception des espaces sociaux, les représentations de l’apprentissage et l’investissement dans les pratiques langagières numériques.

Colloque EUROCALL 2018

Nicolas Guichon représentait l’équipe 3MA au colloque EUROCALL de 
Jyväskylä (Finlande). Sa conférence s’intulait International students’ geographies of learning during their study abroad.

This study focuses on international students’ usage of digital tools in order to understand what role such tools play in students’ transition to their new academic environments, in this case French post-secondary education, and what learning opportunities they provide. Transition relates to the period of adjustment following international students’ departure from their home countries and their installation abroad and involves different aspects: linguistic and cultural (how students use digital tools to develop their language skills and further their knowledge of French culture), academic (whether and in what ways they modify their digital use to match academic expectations at the university) and social (e.g., how students develop – or not – a new network of acquaintances with local and other international students). Digital devices are not only vehicles that accompany international students’ transitions but can also reveal the adjustments they face when they arrive in a new academic and social context. Among these mobile devices, smartphones hold a special place since the numerous applications that are now available have transformed “the once dedicated mobile phones into powerful, mobile personal computers”. (Chan, Walker & Gleaves, 2015, p. 96). Besides, smartphones can be used to document events as they occur, which makes them powerful tools “for capturing immediacy, mass events, or unexpected scenes of everyday life” (Godwin-Jones, 2016, p. 9).The current study provided a group of international students (n=16) with an app installed on their smartphone with which they could track what they identified as learning opportunities by taking pictures and writing texts over a five-week period. The data are thus comprised of their resulting publications which participants shared with the researchers as well as an end-of-project debriefing conducted to shed further light on the international students’ digital habits and their attitudes towards self-tracking. The aim of this exploratory study is twofold: (1) to examine what international students identify as digital learning opportunities outside the classroom and (2) to determine the potential of a digital and mobile self-tracking application as a means to better understand international students’ transitions to their new environment.

Colloque SLPC 7 VICTORIA

Guichon & Hamel à la conférence SLPC7 à l’université de Victoria
Marie-Josée Hamel et Nicolas Guichon ont donné une conférence plénière à deux voix intitulée  Portrait de l’apprenant de langue en acteur social et connecté

Les possibilités offertes par le web participatif et les outils numériques nomades ont considérablement élargi les opportunités d’apprentissage en langue seconde. D’une part, de nouveaux genres d’activités présentent un potentiel pour les apprenants de langue en les amenant à se positionner comme des acteurs sociaux sur la Toile (Mangenot, 2013; Ollivier, 2007). D’autre part, de multiples occasions se présentent pour continuer les apprentissages en dehors des contextes institutionnels grâce aux outils numériques qui accompagnent les apprenants à tout moment de leur journée. En se fondant sur des données empiriques, la conférence examinera ces opportunités en contexte formel et informel. Il s’agira également de déterminer comment le web social et les outils numériques nomades requièrent que se développe une conscience sémiotique critique (Kern, 2015) chez les apprenants. Nous tenterons enfin de dessiner une typologie des littératies à une époque où les opportunités d’apprentissage se multiplient en s’enracinant dans la vie sociale des apprenants.

Colloque EPAL 2018

Guichon@EPAL2018

Le vendredi 8 juin 2018, Nicolas Guichon a fait une présentation intitulée  Etudiants migrants, outils nomades, identités en mouvement. Cette présentation s’inscrit dans le cadre du projet TRANSNUMED financé par le labex ASLAN.

Inscrite dans la lignée des recherches qualitatives sur les études à l’étranger (Murphy-Lejeune, 2001 ; Kinginger, 2013 ; Calinon et Mariani-Rousset, 2014), cette recherche vise à déterminer comment les outils numériques participent au travail d’identité à l’œuvre lors de cette période d’ajustement (Block, 2007) et sur quels aspects linguistiques et culturels les étudiants choisissent de porter leur attention ou même d’intégrer à leur répertoire de communication numérique. Examiner les usages des outils numériques entraîne de dévoiler quelles expériences sont vécues avec ces outils à travers différents contextes par des individus liés par une même communauté de pratiques (les études à l’étranger) mais rendus singuliers par leur parcours, leur âge, leur genre et leur origine ethnique et socioéconomique. Une étude ethnographique sur une période de 6 mois a été menée auprès de cinq étudiants de nationalités différentes (une Brésilienne, une Chinoise, une Chilienne, un Tunisien et un Salvadorien) inscrits dans un programme de Master dans une université française de SHS. Il s’est agi de les impliquer progressivement dans une recherche participative (Gudmundsdottir et Vasbø, 2014) afin d’élucider avec eux leurs usages numériques par le biais d’ateliers, d’auto-observations, de récits et d’entretiens d’explicitation. Ce travail d’élucidation s’est établi par le biais d’un dialogue répété avec les chercheurs : il s’est ancré sur des observations des usages numériques des participants et d’une variété de resémiotisations (Iedema, 2001) qui ont pris différentes formes (narrations, dessins et portraits numériques) et ont ponctué le recueil. Le corpus obtenu permet ainsi de questionner certains rituels d’inscription (Jones, 2015) et de communication et de comprendre les idéologies vis-à-vis des outils numériques (Coleman, 2010). La présentation fournira particulièrement l’occasion de montrer qu’une attention portée aux discours produits par les étudiants internationaux et à leurs inscriptions numériques est déterminante pour comprendre comment l’identité se négocie dans différents contextes.