Séminaire 3MA : vendredi 14 décembre 2018 – 10h

Marco Cappellini (Université Aix-Marseille – Laboratoire LPL)

Les mots et les télécollaborations

Marco Cappellini est maître de conférences en didactique des langues et cultures à l’université Aix-Marseille et membre du Laboratoire Parole et langage (UMR 7309). Ses champs de recherche principaux sont l’utilisation de la communication médiatisée par ordinateur (CMO) pour l’enseignement-apprentissage des langues étrangères, la communication exolingue, l’apprentissage des langues en tandem, l’autonomie de l’apprenant.

Cette conférence s’insère dans le champ de l’apprentissage des langues médiatisé par les technologies et plus spécifiquement dans les études sur la télécollaboration avec des dispositifs de vidéoconférence poste-à-poste (par exemple, Skype). J’aborderai différents cadres théoriques existants pour enquêter sur les dimensions linguistiques, (inter/socio)culturelles et multimodales de ces dispositifs, en essayant d’en dégager les perspectives épistémologiques dans lesquelles ils s’inscrivent et de les mettre en tension. A partir de là, je spécifierai mon positionnement épistémologique comme constructiviste, complexe, transdisciplinaire et compréhensif et discuterai des actualisations possibles de ce positionnement dans des cadres méthodologiques pour le recueil et l’analyse des données.

Séminaire 3MA du 14/12/2018 ENS – Salle R174 – 14h-15h


Maria del Carmen de la Torre Aranda est enseignante-chercheuse à l’Université de Brasília dans les formations Licence en Lettres-Français et Master en Linguistique Appliquée. Ses recherches portent sur la formation d’enseignants de langues, l’intégration du numérique à l’enseignement et l’apprentissage des langues, et les interactions en ligne.

La production de récits transmédia dans l’éducation en langues étrangères

L’objet de la recherche en linguistique appliquée à l’enseignement et à l’apprentissage de langues au Brésil est fortement associé à des questions qui interrogent la classe de langue comme un lieu de discours et de pratiques situées du langage où peut intervenir une éducation linguistique permettant à nos étudiant.e.s d’interpréter le monde et d’interagir de façon critique dans la langue cible en dehors du contexte éducatif. Dans cette perspective, cet exposé présentera un projet de recherche post doctoral en cours ayant pour objectif d’exploiter les possibilités d’une pratique d’enseignement et d’apprentissage du français langue étrangère axée sur la production de récits transmédiatiques (Jenkins, 2008) dans l’éducation supérieure. Après avoir abordé une conception du transmédia pour le contexte de l’éducation en langues, j’exposerai les lignes générales d’un dessin de cours dont l’intérêt est d’inviter les étudiant.e.s à s’investir dans la production de différents genres de discours en la langue cible, et par là réfléchir aux différents processus de production textuelle qui mélangent l’oral, l’écrit et le  multimodal, aux significations créées, et aux contraintes de langage apportés par les ressources numériques qui véhiculent les genres. La place de l’interaction et du cinéma pour approcher d’autres locuteurs et cultures francophones fera aussi partie du débat.

CR séminaire du 18 septembre

Le séminaire commence, rituellement, par un tour de table qui permet de présenter un nouveau membre, Sophie Dufour qui arrive de Montpellier. Elle a travaillé avec N. Auger et C. Parpette et s’intéresse, actuellement, à l’exploitation du milieu homoglotte et du rôle des « native speakers » dans l’apprentissage des séjours des étudiants internationaux.

Maud Ciekanski nous présente une communication intitulée Autonomie et apprentissage des LE : perspective historique ou programmatique pour comprendre l’ALMT ?

Elle se propose, à partir d’un texte séminal et manifeste de Holec, de réfléchir à la façon dont ce texte et le concept d’autonomie qu’il fonde peut permettre de réfléchir à notre contexte ALMT et aux médiations pour l’autonomie et pour l’ALMT.

Maud Ciekanski reprend son parcours autour de l’objet « autonomie », un objet qui l’a choisi, toute obsession ayant des racines autobiographiques, selon Habermas.

Revenant sur la notion d’autonomie qui selon Albero, implique une créativité dans l’interactions entre ressources, contenu et apprenant, elle la définit comme l’association d’un pouvoir apprendre à un savoir apprendre. 

Elle retrace ensuite la médiation que constitue l’espace du Centre de Ressources en langues qui met l’apprenant au centre d’un «  environnement interactif complexe », lui donne des éléments de comparaison et de mesure dont il a besoin pour prendre en charge son apprentissage en lui permettant d’apprendre, d’évaluer son apprentissage et ses stratégies. Le centre de  ressources doit permettre de donner du sens en s’appropriant de nouveaux espaces, de nouveaux modes d’être apprenant, et rapports aux savoirs.

A l’heure des réseaux, la question du centre est-elle encore pertinente ? En effet, le web parait opposer à la dynamique centrifuge de sélection, filtrage et gradation du centre de ressources, à une dynamique centripète sans  filtrage et organisation mais en immersion face à des ressources « brutes ». Selon Ciekanski, il ya de nouvelles autodidacties, mais pas autonomie, de nouveaux outils et contenus mais pas de nouveaux usages apprenants, sauf peut-être dans les communautés.  La fin des dispositifs semble impliquer un appauvrissement dans la façon d’apprendre car il y a absence d’articulation (accumulation vs structuration des modalités d’apprentissage).

Ciekanski plaide pour l’intérêt de rajouter de l’autonomie d’apprentissage dans l’autonomie langagière. L’expérience vécue doit être perçue pour être conçue, pour que l’apprenant puisse en faire quelque chose.

La  discussion autour de la présentation de Maud et d’extraits du texte de Holec Autonomie et apprentissage des langues étrangères (1979) s’oriente sur

  • le pilotage flou (Candas) et la façon dont l’entretien de conseil permet de remettre en place des pièces du puzzle, sur le rôle de l’institution pour faire en sorte que ces ilots résistent ; il faut des espaces pour rendre visible (cf. la plateforme EDOlang, Nicole Poteaux).
  • les aspects de « déconditionnement » proposé par Holec, une remise en question de la forme scolaire que propose les dispositifs d’autonomisation mais qui n’est pas évident pour ttes les personnes et pour l’institution.
  • sur la socialisation importante dans l’autonomisation qui implique de varier les cadrages participatifs – articulation des logiques communicatives des réseaux sociaux et des réseaux d’échanges de savoir.

Dans une seconde partie du séminaire, Aurélie Bourdais propose un état de sa réflexion méthodologique de son travail doctoral sur les traducteurs en ligne comme aide à l’apprentissage. Elle soumet à discussion son protocole d’observation et de recueil de données, notamment en se demandant ce qui est observable dans le processus d’apprentissage.

Autonomie et apprentissage des langues étrangères : perspective historique ou programmatique pour comprendre l’ALMT ?

Séminaire du 21 septembre 2018

Maud Ciekanski est enseignante-chercheure à l’Université de Lorraine, au sein du laboratoire ATILF. Après avoir effectué sa thèse au CRAPEL, elle a collaboré notamment au  projet FORSE à Lyon 2, à l’ANR MULCE à l’Université de Franche-Comté et aux travaux de l’équipe de recherche EXPERICE à l’Université Paris 8. Ses recherches concernent en particulier l’apprentissage des langues en situations informelles, appuyées ou non par le numérique, et les médiations formatives et langagières propres à ces situations.

La construction des savoirs d’ingénierie  didactique des enseignants novices en FLE, appropriation et résistance entre formation et terrain

séminaire du 15 juin 2018

Véronique LAURENS est enseignante chercheure en didactique du français comme langue étrangère (FLE) à l’université de La Sorbonne Nouvelle – Paris 3 depuis septembre 2014 et membre du DILTEC (EA2288). Véronique Laurens travaille dans le domaine du FLE depuis 1990. Elle a exercé comme enseignante, comme coordinatrice pédagogique et comme formatrice d’enseignants dans différentes structures d’éducation dans la région de Londres et à Paris (lycée, universités, école de langues privée, secteur associatif) et auprès de différents publics d’apprenants et d’enseignants. Elle est particulièrement investie dans les questions relatives à la formation des enseignants/intervenants en FLE, à la construction des savoirs professionnels ainsi qu’à l’accompagnement aux changements des pratiques. Elle a conçu et animé de nombreux modules de formation dans différentes structures (Cimade, CLP, Radya, CIEP, cursus de masters à l’université) portant sur la méthodologie de l’enseignement et l’ingénierie didactique en FLE auprès de publics divers dans des contextes variés. Depuis 2012, elle publie divers travaux de recherche sur ces questions. En décembre 2013, elle a soutenu une thèse en didactique des langues et des cultures intitulée Formation à la méthodologie de l’enseignement et développement de l’agir enseignant, proposant une étude de la circulation des savoirs d’ingénierie, de la formation à la pratique, chez des enseignants novices. Elle est co-auteure de l’ouvrage pédagogique dédié à l’oral en FLE, Paroles en situations (Hachette, 2015). Par ailleurs, elle est membre du réseau RADyA (Réseau des acteurs de la dynamique des ateliers socio-linguistiques) dont elle soutient activement la réflexion et les actions. Depuis juin 2015, elle est présidente de l’ASDIFLE (Association de didactique du FLE).

Contact : veronique.laurens5@orange.fr

 

L’appréhension des langues familiales dans les processus d’enseignement et d’apprentissage d’une LE

Séminaire du 16 Février 2018

Nathalie Auger s’intéresse à l’enseignement-apprentissage du français sur un continuum langue étrangère, langue seconde et langue maternelle. Elle analyse les discours des différents acteurs qui participent à cette appropriation (enfants, enseignants, parents, discours institutionnels) tout en travaillant sur les questions de développement des compétences langagières des élèves allophones nouvellement arrivés en France, des enfants gitans et roms et sur la formation des enseignants qui travaillent en contexte de diversité linguistiqueenseignants de français ou de différentes matières. Continuer la lecture de « L’appréhension des langues familiales dans les processus d’enseignement et d’apprentissage d’une LE »

La visualisation des données de la recherche 

Séminaire du 22 Septembre 2017

Le séminaire a été consacré à l’intérêt de recourir à des visualisations pour enrichir la production d’analyses en didactique des langues. Deux aspects ont été explorés en s’appuyant sur le projet TRANSNUMED : Continuer la lecture de « La visualisation des données de la recherche  »

​La démarche expérimentale en didactique des langues

Séminaire du 31 Mars 2017

Stéphanie Roussel est maître de conférences en études germaniques à l’Université de Bordeaux.  Ses domaines de recherche concernent l’apprentissage des langues médiatisé par les technologies (ALMT), les mécanismes cognitifs de la compréhension de l’oral, et l’apprentissage des langues étrangère d’un point de vue psycho-cognitiviste. Continuer la lecture de « ​La démarche expérimentale en didactique des langues »

Séminaire du 16 Février 2017

En présence de Marie-Noëlle Lamy (Open University, UK) et de Françoise Blin (Dublin City University), les doctorants Salifou Koné, Benjamin Holt et Aparajita Dey-Plissonneau ont présenté le site en ligne qui accompagnera le manuscrit de leur thèse dans la logique des humanités numériques adoptée dans ce séminaire. Comment associer des données audiovisuelles (photographie, vidéo, capture d’écran, enregistrements) pour donner enrichir la compréhension du contexte, de la problématique et des analyses proposées? Comment proposer des visualisations statiques ou dynamiques des données ou des analyses et ménager une circulation entre l’objet manuscrit et le site associé non seulement pour faciliter la compréhension des données mais dans un enrichissement mutuel? Comment projeter une identité de chercheur et donner à voir la construction d’un parcours de recherche? Ce furent ces questions qui ont nourri le débat autour de nouvelles façons de valoriser un doctorat.

Les séquences d’explication de vocabulaire en classe de Français Langue Seconde: quelles « architectures » interactionnelles ?

Séminaire du 2 Décembre 2016

Virginie Fasel Lauzon est maître-assistante au Centre de Linguistique Appliquée de l’Université de Neuchâtel (Suisse). Ses recherches portent d’une part sur l’architecture interactionnelle des interactions en contexte institutionnel (classe, entretiens d’embauche, appels d’urgence, etc.) et d’autre part sur le développement de la compétence d’interaction en classe de français langue première et seconde. Continuer la lecture de « Les séquences d’explication de vocabulaire en classe de Français Langue Seconde: quelles « architectures » interactionnelles ? »

TBI et enseignement-apprentissage des langues à l’école primaire

Séminaire du 23 Septembre 2016

Emilie Magnat, Maître de Conférences à l’Université de Picardie.
Résumé :

Cette intervention concernera l’effet d’un entraînement explicite de la conscience phonémique  en anglais L2 et les apports potentiels du tableau blanc interactif (TBI) comme instrument permettant de réaliser cet entraînement avec des apprenants de CE1. Dans le cadre d’une recherche-développement, nous avons conçu des aides multimodales qui sont à la fois visuelles, sonores et manipulables sur le TBI et les avons testées auprès d’apprenants issus de trois classes de CE1. Continuer la lecture de « TBI et enseignement-apprentissage des langues à l’école primaire »

Humanités Numériques et formation doctorale

Séminaire du 18 Mars 2016

Le séminaire a été consacré aux Humanités numériques dans la formation doctorale, ce qui a donné l’occasion de réfléchir collectivement, après une présentation de Nicolas Guichon sur le sujet, à des définitions, à l’identification d’enjeux par rapport à la valorisation et à la diffusion des travaux scientifiques, à la construction d’une présence de chercheur en ligne, et à ce que cela implique du point de vue des compétences à construire par les doctorants d’un laboratoire de SHS. Continuer la lecture de « Humanités Numériques et formation doctorale »

Réflexion sur la présence en Ligne

Séminaire du 22 Janvier 2016

Dans le cadre du séminaire 3MA, Müge Satar de Bogazici University (İstanbul), professeur invitée à ICAR a donné une conférence intitulée “Meaning making and social presence in online language learner interactions via desktop videoconferencing” Continuer la lecture de « Réflexion sur la présence en Ligne »