Recherches sur l’enseignement-apprentissage des langues médiatisé par le jeu vidéo : enjeux et perspectives

Dans le cadre du séminaire 3MA du 16 octobre 2020, nous avons eu le plaisir de recevoir Laurence Schmoll (Université de Strasbourg). 

Dans sa communication, Laurence Schmoll s’est attachée à spécifier le domaine de recherche de l’Apprentissage des Langues Médiatisé par les Technologies (AMLT), en mettant l’accent, parmi les technologies existantes, sur le jeu vidéo et son appropriation par la recherche en didactique des langues et des cultures.

 

« Synchrone ou asynchrone ? Analyse d’un double dispositif de télécollaboration interuniversitaire entre classes de langue »

Soyoung Yun-Roger (Université de Paris – laboratoire CCJ) a présenté son travail de recherche sur les temporalités dans les échanges en ligne et a rendu compte de son expérience d’un double dispositif de télécollaboration asynchrone et synchrone entre mes étudiants français de coréen à l’Université de Paris et des étudiants coréens de français de deux universités séoulites différentes. L’étude des deux télécollaborations a permis de mieux comprendre les difficultés qui ressortent des témoignages des apprenants les ayant simultanément expérimentées. Parmi les notions abordées, Soyoung Yun-Roger a évoqué les questions liées ayx équilibres/déséquilibres de réciprocité, des accords/désaccords de temporalités, de l’anxiété, de l’ancrage dans le cours-hôte.

 

Analyses complexes dans une classe d’anglais langue étrangère à l’école primaire : zoom sur les acquisitions phonologiques

Heather Hilton (CRTT, Lyon 2)

Cette communication présentera des données du projet Seine&Marne primaire, mené après de 54 élèves français, pendant leur première année d’apprentissage de l’anglais (langue étrangère) : 25 élèves de CP, et 29 élèves de CE2. Le projet a pris plusieurs mesures des connaissances et compétences émergentes en anglais au fil des mois, ainsi que de quelques variables « internes » (Paradis 2011) pouvant contribuer aux parcours individuels observés (motivation pour l’anglais, sociabilité, capacités attentionnelles, capacités métalinguistiques). Un échantillon de leçons d’anglais a également été filmé dans chaque classe, afin de permettre une appréciation de quelques variables « externes » : les méthodes d’enseignement, la productivité des élèves et des enseignantes, etc.. Nous nous focaliserons sur les acquisitions phonologiques, qui ont été transcrites et analysées avec le logiciel PHON (Hedlund & Rose 2019). Nous espérons avoir le temps pour résumer rapidement les variables externes et internes qui semblent contribuer aux différences significatives observées entre les deux groupes, et entre élèves.

Les interactions en classe d’anglais : quelle authenticité ?

Pascale Manoïlov , actuellement maitresse de conférence à l’université Paris Nanterre, est venue présenter sa recherche au séminaire 3MA.

Ma recherche est la croisée de l’Analyse des Interactions et de la Didactique des langues-cultures, avec pour terrain privilégié la classe d’anglais (milieu institutionnel exolingue) où je collecte des données empiriques auprès d’apprenants francophones. Les échanges en LVE qui se construisent entre apprenants maitrisant une langue commune (le français) présentent certaines spécificités liées au contexte de la classe, à leur statut et à leur niveau de maitrise de la langue ainsi qu’à leur compétence d’interaction orale. Contrairement aux échanges entre enseignant et apprenants qui se déroulent le plus souvent sur un mode question/réponse, les interactions entre pairs revêtent un caractère plus orienté vers le mode conversationnel. Cette présentation sera l’occasion d’interroger la dimension authentique de ces échanges. On parlera alors d’authenticité interactionnelle, c’est-à-dire de capacité des locuteurs à prendre en compte à la fois leur interlocuteur et la situation dans laquelle ils communiquent, et non d’authenticité de la langue par rapport à une norme de natif, ou d’authenticité situationnelle.

Séminaire 3MA : vendredi 15 mars 2019 – 9h30

Nous recevons ce vendredi à l’ENS SHS Lyon, Virginie Privas-Préauté.

Virgine Privas-Bréauté

Les pratiques immersives en soutien à l’apprentissage/ enseignement des langues dans un paradigme enactif

Le paradigme de l’enaction de Francisco Varela (1993 ; 1996) indique que la cognition nait de l’évolution d’un individu dans un environnement donné. L’émergence du sens ne se fait donc que par la coopération du corps, des émotions et de l’esprit. Appliquée au champ de la didactique des langues, l’enaction et les théories des savoirs incorporés qui en découlent s’intéressent au développement cognitif de l’apprenant en langues vivantes étrangères. Si le théâtre et le jeu théâtral ont d’abord été considérés comme des dispositifs pédagogiques s’inscrivant parfaitement dans le paradigme enactif (Aden 2012 ; 2017) puisqu’ils sollicitent le corps et les émotions dans l’apprentissage du langage, nous considérons également que les environnements virtuels immersifs (EVI), précisément par la création d’un avatar qui est propre au joueur et qui le renvoie à son humanité dans son corps et ses émotions, peut s’inscrire dans le même paradigme. Dans cette présentation, nous reviendrons tout d’abord sur notre parcours scientifique et les questions de recherche qui nous ont amenée à nous intéresser aux pratiques immersives, avant de revenir sur notre cadrage théorique et l’articuler aux expérimentations menées auprès d’étudiants de diverses universités françaises. 

Virginie Privas-Bréauté est Maître de conférences en didactique des langues et des cultures à l’Université de Lorraine et membre du laboratoire de recherche ATILF (UMR 7118, CNRS/UL). Ses recherches portent sur la valeur didactique du théâtre et du jeu théâtral dans l’acquisition/apprentissage et consolidation des compétences en langue et culture anglophone et l’ont amenée à enrichir les dispositifs de formation et à utiliser les jeux sérieux et TICE, dont les mondes virtuels, en classe de langue. Elle prend appui sur la théorie de la cognition incarnée et le paradigme de l’enaction mis en lumière par les neurosciences afin de démontrer que les pratiques immersives permettent le développement de l’apprenant en langue vivante étrangère sur le plan cognitif.

Séminaire 3MA : vendredi 14 décembre 2018 – 10h

Marco Cappellini (Université Aix-Marseille – Laboratoire LPL)

Les mots et les télécollaborations

Marco Cappellini est maître de conférences en didactique des langues et cultures à l’université Aix-Marseille et membre du Laboratoire Parole et langage (UMR 7309). Ses champs de recherche principaux sont l’utilisation de la communication médiatisée par ordinateur (CMO) pour l’enseignement-apprentissage des langues étrangères, la communication exolingue, l’apprentissage des langues en tandem, l’autonomie de l’apprenant.

Cette conférence s’insère dans le champ de l’apprentissage des langues médiatisé par les technologies et plus spécifiquement dans les études sur la télécollaboration avec des dispositifs de vidéoconférence poste-à-poste (par exemple, Skype). J’aborderai différents cadres théoriques existants pour enquêter sur les dimensions linguistiques, (inter/socio)culturelles et multimodales de ces dispositifs, en essayant d’en dégager les perspectives épistémologiques dans lesquelles ils s’inscrivent et de les mettre en tension. A partir de là, je spécifierai mon positionnement épistémologique comme constructiviste, complexe, transdisciplinaire et compréhensif et discuterai des actualisations possibles de ce positionnement dans des cadres méthodologiques pour le recueil et l’analyse des données.

La production de récits transmédia dans l’éducation en langues étrangères


Maria del Carmen de la Torre Aranda est enseignante-chercheuse à l’Université de Brasília dans les formations Licence en Lettres-Français et Master en Linguistique Appliquée. Ses recherches portent sur la formation d’enseignants de langues, l’intégration du numérique à l’enseignement et l’apprentissage des langues, et les interactions en ligne.

L’objet de la recherche en linguistique appliquée à l’enseignement et à l’apprentissage de langues au Brésil est fortement associé à des questions qui interrogent la classe de langue comme un lieu de discours et de pratiques situées du langage où peut intervenir une éducation linguistique permettant à nos étudiant.e.s d’interpréter le monde et d’interagir de façon critique dans la langue cible en dehors du contexte éducatif. Dans cette perspective, cet exposé présentera un projet de recherche post doctoral en cours ayant pour objectif d’exploiter les possibilités d’une pratique d’enseignement et d’apprentissage du français langue étrangère axée sur la production de récits transmédiatiques (Jenkins, 2008) dans l’éducation supérieure. Après avoir abordé une conception du transmédia pour le contexte de l’éducation en langues, j’exposerai les lignes générales d’un dessin de cours dont l’intérêt est d’inviter les étudiant.e.s à s’investir dans la production de différents genres de discours en la langue cible, et par là réfléchir aux différents processus de production textuelle qui mélangent l’oral, l’écrit et le  multimodal, aux significations créées, et aux contraintes de langage apportés par les ressources numériques qui véhiculent les genres. La place de l’interaction et du cinéma pour approcher d’autres locuteurs et cultures francophones fera aussi partie du débat.

Autonomie et apprentissage des langues étrangères : perspective historique ou programmatique pour comprendre l’ALMT ?

Séminaire du 21 septembre 2018

Maud Ciekanski est enseignante-chercheure à l’Université de Lorraine, au sein du laboratoire ATILF. Après avoir effectué sa thèse au CRAPEL, elle a collaboré notamment au  projet FORSE à Lyon 2, à l’ANR MULCE à l’Université de Franche-Comté et aux travaux de l’équipe de recherche EXPERICE à l’Université Paris 8. Ses recherches concernent en particulier l’apprentissage des langues en situations informelles, appuyées ou non par le numérique, et les médiations formatives et langagières propres à ces situations.

La construction des savoirs d’ingénierie  didactique des enseignants novices en FLE, appropriation et résistance entre formation et terrain

séminaire du 15 juin 2018

Véronique LAURENS est enseignante chercheure en didactique du français comme langue étrangère (FLE) à l’université de La Sorbonne Nouvelle – Paris 3 depuis septembre 2014 et membre du DILTEC (EA2288). Véronique Laurens travaille dans le domaine du FLE depuis 1990. Elle a exercé comme enseignante, comme coordinatrice pédagogique et comme formatrice d’enseignants dans différentes structures d’éducation dans la région de Londres et à Paris (lycée, universités, école de langues privée, secteur associatif) et auprès de différents publics d’apprenants et d’enseignants. Elle est particulièrement investie dans les questions relatives à la formation des enseignants/intervenants en FLE, à la construction des savoirs professionnels ainsi qu’à l’accompagnement aux changements des pratiques. Elle a conçu et animé de nombreux modules de formation dans différentes structures (Cimade, CLP, Radya, CIEP, cursus de masters à l’université) portant sur la méthodologie de l’enseignement et l’ingénierie didactique en FLE auprès de publics divers dans des contextes variés. Depuis 2012, elle publie divers travaux de recherche sur ces questions. En décembre 2013, elle a soutenu une thèse en didactique des langues et des cultures intitulée Formation à la méthodologie de l’enseignement et développement de l’agir enseignant, proposant une étude de la circulation des savoirs d’ingénierie, de la formation à la pratique, chez des enseignants novices. Elle est co-auteure de l’ouvrage pédagogique dédié à l’oral en FLE, Paroles en situations (Hachette, 2015). Par ailleurs, elle est membre du réseau RADyA (Réseau des acteurs de la dynamique des ateliers socio-linguistiques) dont elle soutient activement la réflexion et les actions. Depuis juin 2015, elle est présidente de l’ASDIFLE (Association de didactique du FLE).

Contact : veronique.laurens5@orange.fr

 

L’appréhension des langues familiales dans les processus d’enseignement et d’apprentissage d’une LE

Séminaire du 16 Février 2018

Nathalie Auger s’intéresse à l’enseignement-apprentissage du français sur un continuum langue étrangère, langue seconde et langue maternelle. Elle analyse les discours des différents acteurs qui participent à cette appropriation (enfants, enseignants, parents, discours institutionnels) tout en travaillant sur les questions de développement des compétences langagières des élèves allophones nouvellement arrivés en France, des enfants gitans et roms et sur la formation des enseignants qui travaillent en contexte de diversité linguistiqueenseignants de français ou de différentes matières. Continuer la lecture de « L’appréhension des langues familiales dans les processus d’enseignement et d’apprentissage d’une LE »

La visualisation des données de la recherche 

Séminaire du 22 Septembre 2017

Le séminaire a été consacré à l’intérêt de recourir à des visualisations pour enrichir la production d’analyses en didactique des langues. Deux aspects ont été explorés en s’appuyant sur le projet TRANSNUMED : Continuer la lecture de « La visualisation des données de la recherche  »

​La démarche expérimentale en didactique des langues

Séminaire du 31 Mars 2017

Stéphanie Roussel est maître de conférences en études germaniques à l’Université de Bordeaux.  Ses domaines de recherche concernent l’apprentissage des langues médiatisé par les technologies (ALMT), les mécanismes cognitifs de la compréhension de l’oral, et l’apprentissage des langues étrangère d’un point de vue psycho-cognitiviste. Continuer la lecture de « ​La démarche expérimentale en didactique des langues »

Valoriser son doctorat en didactique des langues

En présence de Marie-Noëlle Lamy (Open University, UK) et de Françoise Blin (Dublin City University), les doctorants Salifou Koné, Benjamin Holt et Aparajita Dey-Plissonneau ont présenté le site en ligne qui accompagnera le manuscrit de leur thèse dans la logique des humanités numériques adoptée dans ce séminaire. Comment associer des données audiovisuelles (photographie, vidéo, capture d’écran, enregistrements) pour donner enrichir la compréhension du contexte, de la problématique et des analyses proposées? Comment proposer des visualisations statiques ou dynamiques des données ou des analyses et ménager une circulation entre l’objet manuscrit et le site associé non seulement pour faciliter la compréhension des données mais dans un enrichissement mutuel? Comment projeter une identité de chercheur et donner à voir la construction d’un parcours de recherche? Ce furent ces questions qui ont nourri le débat autour de nouvelles façons de valoriser un doctorat.

Les séquences d’explication de vocabulaire en classe de Français Langue Seconde: quelles « architectures » interactionnelles ?

Séminaire du 2 Décembre 2016

Virginie Fasel Lauzon est maître-assistante au Centre de Linguistique Appliquée de l’Université de Neuchâtel (Suisse). Ses recherches portent d’une part sur l’architecture interactionnelle des interactions en contexte institutionnel (classe, entretiens d’embauche, appels d’urgence, etc.) et d’autre part sur le développement de la compétence d’interaction en classe de français langue première et seconde. Continuer la lecture de « Les séquences d’explication de vocabulaire en classe de Français Langue Seconde: quelles « architectures » interactionnelles ? »