Colloque EPAL 2018. Dresser une cartographie d’événements informels et non-formels d’apprentissage d’étudiants internationaux en séjour d’étude : le sens du lieu et le rôle du numérique.

Le projet TRANSNUMED, financé par le Label ASLAN, que Jean-François Grassin a présenté au colloque EPAL, se donne pour but d’enrichir notre compréhension de l’apprentissage informel et non-formel de la langue des étudiants internationaux en séjour d’études, en explorant le rôle de la mobilité spatiale et celui des objets connectés dans l’intégration sociale et dans les apprentissages langagiers et culturels. l’espace ne nous parait pas encore avoir été suffisamment intégré aux études sur l’apprentissage des langues, pour répondre aux interrogations sur la (dis)continuité et la variété des pratiques d’apprentissage et de leurs représentations individuelles lors de séjour d’étude en France des étudiants internationaux. Jean-François Grassin a proposé des cartographies individuelles et subjectives d’événements d’apprentissage afin de mettre en évidence la perception des espaces sociaux, les représentations de l’apprentissage et l’investissement dans les pratiques langagières numériques.

Autonomie et apprentissage des langues étrangères : perspective historique ou programmatique pour comprendre l’ALMT ?

Séminaire du 21 septembre 2018

Maud Ciekanski est enseignante-chercheure à l’Université de Lorraine, au sein du laboratoire ATILF. Après avoir effectué sa thèse au CRAPEL, elle a collaboré notamment au  projet FORSE à Lyon 2, à l’ANR MULCE à l’Université de Franche-Comté et aux travaux de l’équipe de recherche EXPERICE à l’Université Paris 8. Ses recherches concernent en particulier l’apprentissage des langues en situations informelles, appuyées ou non par le numérique, et les médiations formatives et langagières propres à ces situations.

L’autonomie selon Holec (1979)

Le séminaire du 21 septembre s’est appuyé sur deux extraits du texte de Holec (1979) Holec_79_chapitre3 et Holec_79_chapitre4_conclusion

·       Comment les concepts déployés par Holec résonnent-ils aujourd’hui ?

·       Pourquoi la notion d’autonomie demeure-t-elle centrale dès lors qu’on s’interroge sur les technologies dans l’apprentissage d’une langue ?

·       Quel est l’intérêt de partir d’un texte séminal pour travailler son cadre théorique ?

 

La construction des savoirs d’ingénierie  didactique des enseignants novices en FLE, appropriation et résistance entre formation et terrain

séminaire du 15 juin 2018

Véronique LAURENS est enseignante chercheure en didactique du français comme langue étrangère (FLE) à l’université de La Sorbonne Nouvelle – Paris 3 depuis septembre 2014 et membre du DILTEC (EA2288). Véronique Laurens travaille dans le domaine du FLE depuis 1990. Elle a exercé comme enseignante, comme coordinatrice pédagogique et comme formatrice d’enseignants dans différentes structures d’éducation dans la région de Londres et à Paris (lycée, universités, école de langues privée, secteur associatif) et auprès de différents publics d’apprenants et d’enseignants. Elle est particulièrement investie dans les questions relatives à la formation des enseignants/intervenants en FLE, à la construction des savoirs professionnels ainsi qu’à l’accompagnement aux changements des pratiques. Elle a conçu et animé de nombreux modules de formation dans différentes structures (Cimade, CLP, Radya, CIEP, cursus de masters à l’université) portant sur la méthodologie de l’enseignement et l’ingénierie didactique en FLE auprès de publics divers dans des contextes variés. Depuis 2012, elle publie divers travaux de recherche sur ces questions. En décembre 2013, elle a soutenu une thèse en didactique des langues et des cultures intitulée Formation à la méthodologie de l’enseignement et développement de l’agir enseignant, proposant une étude de la circulation des savoirs d’ingénierie, de la formation à la pratique, chez des enseignants novices. Elle est co-auteure de l’ouvrage pédagogique dédié à l’oral en FLE, Paroles en situations (Hachette, 2015). Par ailleurs, elle est membre du réseau RADyA (Réseau des acteurs de la dynamique des ateliers socio-linguistiques) dont elle soutient activement la réflexion et les actions. Depuis juin 2015, elle est présidente de l’ASDIFLE (Association de didactique du FLE).

Contact : veronique.laurens5@orange.fr