La production de récits transmédia dans l’éducation en langues étrangères


Maria del Carmen de la Torre Aranda est enseignante-chercheuse à l’Université de Brasília dans les formations Licence en Lettres-Français et Master en Linguistique Appliquée. Ses recherches portent sur la formation d’enseignants de langues, l’intégration du numérique à l’enseignement et l’apprentissage des langues, et les interactions en ligne.

L’objet de la recherche en linguistique appliquée à l’enseignement et à l’apprentissage de langues au Brésil est fortement associé à des questions qui interrogent la classe de langue comme un lieu de discours et de pratiques situées du langage où peut intervenir une éducation linguistique permettant à nos étudiant.e.s d’interpréter le monde et d’interagir de façon critique dans la langue cible en dehors du contexte éducatif. Dans cette perspective, cet exposé présentera un projet de recherche post doctoral en cours ayant pour objectif d’exploiter les possibilités d’une pratique d’enseignement et d’apprentissage du français langue étrangère axée sur la production de récits transmédiatiques (Jenkins, 2008) dans l’éducation supérieure. Après avoir abordé une conception du transmédia pour le contexte de l’éducation en langues, j’exposerai les lignes générales d’un dessin de cours dont l’intérêt est d’inviter les étudiant.e.s à s’investir dans la production de différents genres de discours en la langue cible, et par là réfléchir aux différents processus de production textuelle qui mélangent l’oral, l’écrit et le  multimodal, aux significations créées, et aux contraintes de langage apportés par les ressources numériques qui véhiculent les genres. La place de l’interaction et du cinéma pour approcher d’autres locuteurs et cultures francophones fera aussi partie du débat.

Soutenance de Ben Holt

Nous avons eu le plaisir d’assister à la soutenance de thèse de l’un des membres de notre groupe. Le 12 octobre 2018, Ben Holt a soutenu sa thèse intitulée Séquence d’explication lexicale dans l’enseignement du français par Visio-conférence : une approche multimodale, devant un jury composé d’Annick Rivens Monpean (rapporteure), Heather Hilton (présidente), Thierry Soubrié, Marion Tellier (co-directrice), Nicolas Guichon (co-directeur) et Lucille Cadet (rapporteure, présente par visio).

Il a pu y montrer son étude des  moyens multimodaux par lesquels les étudiants se focalisent sur les formes, les sens et l’usage d’un mot ou expression et les moyens multimodaux pour s’impliquer dans la négociation de sens. Il y défend une approche multimodale et l’idée que connaitre un item lexical, c’est connaitre ses formes, ses sens et ses usages (Nation, 2013). Il a pu y défendre à cette occasion les concepts de pléonsame multimodal dans la gestion de la multimodalité en visio-conférence et celui de flexibilité mutlimodale. Selon lui, comme  une action pédagogique doit être planifiée, il est possible d’apprendre en formation leur planification de leur gestion de la multimodalité sans exclure l’événement.

Il s’agit également, dans la formation des futurs enseignants en ligne, d’apprendre à didactiser leur usage de la multimodalité et d’inventer une orchestration multimodale.

La discussion a été le moment de revenir sur différentes questions liées à la spécificité de la situation didactique en visioconférence et à la différence entre multicanalité et multimodalité, aux limites à l’interprétation des données d’un point de vue didactique des gestes enseignants (cette gestuelle est laissée à l’improvisation ? Les posture sont -elles signifiantes, conscientes ? Pourquoi faudrait-il être multimodal ?).

Ben Holt est donc docteur et nous l’en félicitons chaleureusement !

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search