Congrès RANACLES – 22-24 novembre 2018 à l’université de Strasbourg

Evaluation(s) et autonomisation – un compte rendu par Aurélie Bordais, doctorante au laboratoire ICAR

Intervenants au colloque RANACLES : Jérôme Eneau, Emmmanuelle Huver, Sophie Bailly, Nicole Poteaux

Evaluation(s) et autonomisation sont au cœur du processus d’apprentissage, mais lorsque ces deux notions sont mises en relation, un réseau de tensions se fait jour. D’un point de vue didactique, il est reconnu que l’évaluation joue un rôle essentiel dans le processus d’apprentissage, mais dans la pratique, les enseignants se rendent compte qu’elle entrave ce processus. Si les enseignants ont conscience de la diversité des types d’évaluation possibles, l’évaluation reste, dans les représentations des étudiants, nécessairement sommative et l’objectif de l’étudiant n’est plus de développer des compétences langagières mais de réussir aux examens.

Les dispositifs présentés lors de ce congrès font le lien entre théorie et enseignement et montrent que l’évaluation peut jouer un rôle dans l’autonomisation de l’apprenant. Le rôle des autres apprenants, par exemple à travers la co-évaluation (peer review) est essentiel pour le développement de la réflexivité des apprenants, de même que la nécessité pour l’apprenant d’être accompagné de manière individualisée dans son parcours d’apprentissage. L’implication de l’apprenant à toutes les étapes du processus, du choix des objectifs à celui des critères d’évaluation, sa responsabilisation ont également été présentés comme des facteurs autonomisants.

Le dispositifinversé mis en place pour ce congrès a donné lieu à un foisonnement d’idées dansune atmosphère chaleureuse et conviviale.

Le prochain congrès RANACLES auralieu en novembre 2019 à Aix-en-Provence.

Séminaire 3MA : vendredi 14 décembre 2018 – 10h

Marco Cappellini (Université Aix-Marseille – Laboratoire LPL)

Les mots et les télécollaborations

Marco Cappellini est maître de conférences en didactique des langues et cultures à l’université Aix-Marseille et membre du Laboratoire Parole et langage (UMR 7309). Ses champs de recherche principaux sont l’utilisation de la communication médiatisée par ordinateur (CMO) pour l’enseignement-apprentissage des langues étrangères, la communication exolingue, l’apprentissage des langues en tandem, l’autonomie de l’apprenant.

Cette conférence s’insère dans le champ de l’apprentissage des langues médiatisé par les technologies et plus spécifiquement dans les études sur la télécollaboration avec des dispositifs de vidéoconférence poste-à-poste (par exemple, Skype). J’aborderai différents cadres théoriques existants pour enquêter sur les dimensions linguistiques, (inter/socio)culturelles et multimodales de ces dispositifs, en essayant d’en dégager les perspectives épistémologiques dans lesquelles ils s’inscrivent et de les mettre en tension. A partir de là, je spécifierai mon positionnement épistémologique comme constructiviste, complexe, transdisciplinaire et compréhensif et discuterai des actualisations possibles de ce positionnement dans des cadres méthodologiques pour le recueil et l’analyse des données.