CR séminaire du 18 septembre

Le séminaire commence, rituellement, par un tour de table qui permet de présenter un nouveau membre, Sophie Dufour qui arrive de Montpellier. Elle a travaillé avec N. Auger et C. Parpette et s’intéresse, actuellement, à l’exploitation du milieu homoglotte et du rôle des « native speakers » dans l’apprentissage des séjours des étudiants internationaux.

Maud Ciekanski nous présente une communication intitulée Autonomie et apprentissage des LE : perspective historique ou programmatique pour comprendre l’ALMT ?

Elle se propose, à partir d’un texte séminal et manifeste de Holec, de réfléchir à la façon dont ce texte et le concept d’autonomie qu’il fonde peut permettre de réfléchir à notre contexte ALMT et aux médiations pour l’autonomie et pour l’ALMT.

Maud Ciekanski reprend son parcours autour de l’objet « autonomie », un objet qui l’a choisi, toute obsession ayant des racines autobiographiques, selon Habermas.

Revenant sur la notion d’autonomie qui selon Albero, implique une créativité dans l’interactions entre ressources, contenu et apprenant, elle la définit comme l’association d’un pouvoir apprendre à un savoir apprendre. 

Elle retrace ensuite la médiation que constitue l’espace du Centre de Ressources en langues qui met l’apprenant au centre d’un «  environnement interactif complexe », lui donne des éléments de comparaison et de mesure dont il a besoin pour prendre en charge son apprentissage en lui permettant d’apprendre, d’évaluer son apprentissage et ses stratégies. Le centre de  ressources doit permettre de donner du sens en s’appropriant de nouveaux espaces, de nouveaux modes d’être apprenant, et rapports aux savoirs.

A l’heure des réseaux, la question du centre est-elle encore pertinente ? En effet, le web parait opposer à la dynamique centrifuge de sélection, filtrage et gradation du centre de ressources, à une dynamique centripète sans  filtrage et organisation mais en immersion face à des ressources « brutes ». Selon Ciekanski, il ya de nouvelles autodidacties, mais pas autonomie, de nouveaux outils et contenus mais pas de nouveaux usages apprenants, sauf peut-être dans les communautés.  La fin des dispositifs semble impliquer un appauvrissement dans la façon d’apprendre car il y a absence d’articulation (accumulation vs structuration des modalités d’apprentissage).

Ciekanski plaide pour l’intérêt de rajouter de l’autonomie d’apprentissage dans l’autonomie langagière. L’expérience vécue doit être perçue pour être conçue, pour que l’apprenant puisse en faire quelque chose.

La  discussion autour de la présentation de Maud et d’extraits du texte de Holec Autonomie et apprentissage des langues étrangères (1979) s’oriente sur

  • le pilotage flou (Candas) et la façon dont l’entretien de conseil permet de remettre en place des pièces du puzzle, sur le rôle de l’institution pour faire en sorte que ces ilots résistent ; il faut des espaces pour rendre visible (cf. la plateforme EDOlang, Nicole Poteaux).
  • les aspects de « déconditionnement » proposé par Holec, une remise en question de la forme scolaire que propose les dispositifs d’autonomisation mais qui n’est pas évident pour ttes les personnes et pour l’institution.
  • sur la socialisation importante dans l’autonomisation qui implique de varier les cadrages participatifs – articulation des logiques communicatives des réseaux sociaux et des réseaux d’échanges de savoir.

Dans une seconde partie du séminaire, Aurélie Bourdais propose un état de sa réflexion méthodologique de son travail doctoral sur les traducteurs en ligne comme aide à l’apprentissage. Elle soumet à discussion son protocole d’observation et de recueil de données, notamment en se demandant ce qui est observable dans le processus d’apprentissage.