Séminaire 3MA : vendredi 15 mars 2019 – 9h30

Nous recevons ce vendredi à l’ENS SHS Lyon, Virginie Privas-Préauté.

Virgine Privas-Bréauté

Les pratiques immersives en soutien à l’apprentissage/ enseignement des langues dans un paradigme enactif

Le paradigme de l’enaction de Francisco Varela (1993 ; 1996) indique que la cognition nait de l’évolution d’un individu dans un environnement donné. L’émergence du sens ne se fait donc que par la coopération du corps, des émotions et de l’esprit. Appliquée au champ de la didactique des langues, l’enaction et les théories des savoirs incorporés qui en découlent s’intéressent au développement cognitif de l’apprenant en langues vivantes étrangères. Si le théâtre et le jeu théâtral ont d’abord été considérés comme des dispositifs pédagogiques s’inscrivant parfaitement dans le paradigme enactif (Aden 2012 ; 2017) puisqu’ils sollicitent le corps et les émotions dans l’apprentissage du langage, nous considérons également que les environnements virtuels immersifs (EVI), précisément par la création d’un avatar qui est propre au joueur et qui le renvoie à son humanité dans son corps et ses émotions, peut s’inscrire dans le même paradigme. Dans cette présentation, nous reviendrons tout d’abord sur notre parcours scientifique et les questions de recherche qui nous ont amenée à nous intéresser aux pratiques immersives, avant de revenir sur notre cadrage théorique et l’articuler aux expérimentations menées auprès d’étudiants de diverses universités françaises. 

Virginie Privas-Bréauté est Maître de conférences en didactique des langues et des cultures à l’Université de Lorraine et membre du laboratoire de recherche ATILF (UMR 7118, CNRS/UL). Ses recherches portent sur la valeur didactique du théâtre et du jeu théâtral dans l’acquisition/apprentissage et consolidation des compétences en langue et culture anglophone et l’ont amenée à enrichir les dispositifs de formation et à utiliser les jeux sérieux et TICE, dont les mondes virtuels, en classe de langue. Elle prend appui sur la théorie de la cognition incarnée et le paradigme de l’enaction mis en lumière par les neurosciences afin de démontrer que les pratiques immersives permettent le développement de l’apprenant en langue vivante étrangère sur le plan cognitif.